Trois défenseur-e-s des droits humains nominé-e-s pour le

Prix Martin Ennals 2019

 

Le Prix Martin Ennals est décerné par dix des plus importantes organisations de défense des droits humains en hommage à Martin Ennals, Secrétaire général d’Amnesty International de 1968 à 1980 (voir ci-dessous). Les nominé-e-s sont sélectionné-e-s pour leur profond engagement en faveur des droits humains; souvent, ils-elles travaillent en courant le risque d’être emprisonné-e-s, torturé-e-s ou pire. La reconnaissance internationale qu’apporte le Prix leur permet non seulement de gagner davantage de visibilité, mais leur fournit aussi souvent une protection importante.
Le Prix Martin Ennals 2019 sera présenté le 13 février 2019 lors d’une cérémonie organisée par la Ville de Genève qui apporte un grand soutien au Prix depuis de nombreuses années.

 


 

Mme Eren Keskin (Turquie)

Eren Keskin est avocate et militante des droits humains. Depuis plus de trente ans, elle lutte pour les libertés et les droits fondamentaux en Turquie, en particulier pour ceux des Kurdes, des femmes et de la communauté LGBTI+. Elle est née en 1959 à Bursa, en Turquie, dans une famille kurde. Diplômée de la Faculté de droit de l'Université d'Istanbul, elle travaille comme avocate depuis 1984. Eren Keskin a joué un rôle important dans la création et le renforcement des structures de la société civile en Turquie. Au début de sa carrière, elle s'est impliquée dans l'Association des droits humains (IHD - İnsan Hakları Derneği), la première organisation non gouvernementale créée après le coup d'État militaire de 1980 qui joue aujourd’hui encore un rôle important dans la défense des droits humains. Après avoir été présidente de la section d’Istanbul pendant des années, elle est désormais co-présidente de l’Association.

 


 

M. Marino Cordoba Berrio (Colombie)

Marino Cordoba Berrio est un leader communautaire qui lutte pour les droits des Afro-Colombiens, ainsi que pour ceux d'autres groupes marginalisés. Il est originaire de Riosucio, une région située au nord-ouest de la Colombie qui abrite une jungle caractérisée par une riche biodiversité. Dans cette région, le pouvoir a longtemps été entre les mains de groupes paramilitaires, soutenus par de puissants acteurs économiques. C’est dans ce contexte que les droits fonciers des communautés locales ont souvent été bafoués, au profit notamment de l’exploitation forestière et minière. Marino Cordoba Berrio a, dès le début des années 90, œuvré à faire reconnaître le droit ancestral à la terre de ces communautés. Il a également travaillé avec le syndicat des travailleurs des plantations de bananes pour obtenir de meilleurs salaires, de meilleurs services de santé et le respect du travail syndical.

 


 

M. Abdul Aziz Muhamat (Papouasie-Nouvelle-Guinée/Australie)

Abdul Aziz Muhamat est un ardent et infatigable défenseur des droits des réfugiés et des demandeurs d’asile. Cela fait plus de cinq ans que ce Soudanais de 26 ans, vit reclus sur l’île de Manus, en Papouasie Nouvelle-Guinée, aux côtés de centaines d’autres réfugiés et demandeurs d’asile. Abdul Aziz Muhamat appartient au groupe ethnique des Zaghawa du Darfour, dans le nord-ouest du Soudan. La guerre le contraint à l’exil en 2013. Direction l’Indonésie d’abord, puis l’Australie qu’il espère rejoindre en bateau. Son voyage s’arrête lorsque son embarcation est interceptée par les autorités australiennes et ses occupants transférés de force vers le centre pour réfugiés établi sur la base navale de Lombrum, sur l'île de Manus.

 


 

La principale distinction du mouvement des droits humains. Le Prix Martin Ennals pour les défenseur-e-s des droits humains (MEA) est une collaboration unique entre dix des plus importantes organisations mondiales des droits humains pour protéger les défenseur-e-s dans le monde entier. Le Jury est composé des ONG suivantes :