Ilham Tohti

2016 Laureate

Ilham Tohti Ilham Tohti 2016 Laureate

Personal Details

  • NationalitéChina
  • ProfessionUniversitaire
  • Current statusImprisoned
  • Domaine d'activité

Biographie

Ilham Tohti est un célèbre intellectuel ouïghour en République populaire de Chine. Il a travaillé deux décennies durant pour favoriser le dialogue et la compréhension entre les Ouïghours et les Han chinois en dépit d’un environnement de répression religieuse, culturelle et politique subi par les Ouïghours. C’est un peuple turcophone musulman vivant principalement dans la Région autonome ouïgoure du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine. Suite à ses actions, Ilham a été condamné en septembre 2014 à la prison à vie après un procès de deux jours. Il reste une voix de modération et de réconciliation en dépit de la façon dont il a été traité.

Ilham est né en 1969 à Artush, dans le Xinjiang, et a commencé ses études en 1985 dans ce qui est appelé aujourd’hui l’Université Minzu de Chine à Pékin, connue pour ses études sur les minorités ethniques. Après des années d’études supérieures et de recherche, il est devenu membre du corps professoral de l’Université Minzu.

Ilham Tohti

C’est un expert reconnu sur les questions économiques et sociales relatives au Xinjiang et à l’Asie centrale. En tant qu’universitaire, il s’est exprimé ouvertement sur les problèmes et les abus dans le Xinjiang. Cela a eu pour conséquence de le placer sous surveillance de l’Etat et à être harcelé dès 1994. De 1999 à 2003, il a été interdit d’enseignement. A partir de 1999, les autorités chinoises ont également rendu impossible pour lui de publier dans des lieux normaux.

Afin d’accroître la connaissance du public sur les questions économiques, sociales et de développement auxquels sont confrontés les Ouïghours, il s’est tourné vers internet. En 2006, il a fondé le site en langue chinoise, Uyghurbiz.net (un site partiellement archivé existe aujourd’hui) afin de favoriser le dialogue et la compréhension entre les Ouïghours et les Hans chinois sur la question ouïghour. Au cours de son existence, le site a été régulièrement fermé et ses contributeurs ont été harcelés.

Il a catégoriquement rejeté le séparatisme et cherché la réconciliation en mettant en lumière les politiques chinoises répressives et les revendications ouïghours, informations que le gouvernement chinois a cherché à garder sous silence. Le fait que les journalistes étrangers en poste en Chine aient régulièrement consulté le site internet et parlé avec Ilham sur des événements dans le Xinjiang a causé d’autant plus de mécontentement de l’Etat chinois envers les activités d’Ilham.

En 2009, lors d’une forte répression gouvernementale au Xinjiang, Ilham Tohti a publié des informations sur les Ouïghours qui ont été arrêtés, tués, et qui ont “disparu” pendant et après les manifestations. En conséquence, Ilham a été placé en détention pendant plusieurs semaines. Les années suivantes, il a été régulièrement assigné à résidence. En partance pour les États-Unis afin de prendre un poste en tant que chercheur invité au Département d’études eurasiennes de l’Université de l’Indiana au début de 2013, il a été arrêté à l’aéroport et empêché de quitter la Chine.

Ilham Tohti a été arrêté le 15 janvier 2014. Il a ensuite été accusé de séparatisme et condamné à la prison à vie. Cela a suscité une vague de soutien en sa faveur et des protestations contre son traitement par les autorités chinoises et le pouvoir judiciaire. De nombreuses déclarations condamnant son procès et sa peine ont été faites par les gouvernements occidentaux et l’Union européenne. En janvier 2016, plusieurs centaines d’universitaires ont transmis une pétition au gouvernement chinois pour demander sa libération.

Le cas d’Ilham Tohti est particulièrement important étant donné les questions internationales cruciales et les préoccupations concernant les droits humains qu’il soulève: la promotion des valeurs islamiques modérées face à la répression religieuse dirigée par l’État; des efforts pour ouvrir un dialogue entre une minorité musulmane et une majoritaire non-musulmane; la suppression d’une dissidence non violente par un Etat autoritaire.

Photos

Ilham Tohti
Ilham Tohti
Ilham Tohti
Ilham Tohti
Ilham Tohti