Laureats & Finalistes

Karla Avelar

Finalist
El Salvador

Karla Avelar a consacré sa vie à défendre, tant dans son pays que sur la scène internationale, les droits humains des personnes lesbiennes, gays, transgenres ou intersexe (LGBTI), des personnes affectées par le VIH, des migrants et des personnes privées de liberté en situation de vulnérabilité ainsi que ceux des victimes de discrimination en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre.

Mohamed Zaree

Finalist
Egypt

Mohamed Zaree est Directeur du Bureau Égypte du CIHRS (Cairo Institute for Human Rights Studies, ou Institut du Caire pour l’Etude des Droits humains).

FreeThe5KH

Finalist
Cambodia

M. Ny Sokha, M. Yi Soksan, M. Nay Vanda, Mme Lim Mony et M. Ny Chakrya – alias les “5 Khmers”- sont cinq défenseurs des droits humains cambodgiens qui sont arbitrairement détenus depuis le 28 avril 2016 en raison de leur travail légitime dans le domaine des droits humains.

Razan Zaitouneh

Finalist
Syria

Razan Zaitouneh est une éminente avocate spécialisée dans les droits humains, militante et journaliste en Syrie. Razan a consacré sa vie à la défense des prisonniers politiques, à documenter les crimes contre l’humanité et à aider autrui à se libérer de l’oppression et de la famine.

Ilham Tohti

Laureate
China

Ilham Tohti est un célèbre intellectuel ouïghour en République populaire de Chine. Il a travaillé deux décennies durant pour favoriser le dialogue et la compréhension entre les Ouïghours et les Han chinois en dépit d’un environnement de répression religieuse, culturelle et politique subi par les Ouïghours.

Zone 9 Bloggers

Finalist
Ethiopia

Zone 9 est un collectif de neuf blogueurs indépendants de langue amharique qui ont pour but de «créer des récits indépendants» en Ethiopie. Leur leitmotiv est “Nous bloguons parce que nous nous soucions”.

Ahmed Mansoor

Laureate
United Arab Emirates

Ahmed Mansoor est l’une des rares voix aux Émirats arabes unis (EAU) qui s’élève pour fournir une évaluation crédible et indépendante des développements relatifs aux droits humains dans ce pays.

Asmaou Diallo

Finalist
Guinea

Le combat pour les droits humains d’Asmaou Diallo a commencé suite aux événements du 28 septembre 2009 lorsque l’armée guinéenne a attaqué des manifestant-e-s pacifiques. Plus de 150 d’entre eux, dont son fils, ont été tués, plusieurs centaines blessés et plus de 100 femmes violées.

Robert Sann Aung

Finalist
Myanmar

Depuis sa première année à l’université en 1974, Robert Sann Aung se bat courageusement contre les violations des droits humains. Il a été plusieurs fois emprisonné dans des conditions difficiles, attaqué physiquement et régulièrement menacé. Son éducation a été interrompue à de nombreuses reprises et il a été radié du barreau entre 1993 et 2012. Tout au long de sa carrière il a fourni une assistance juridique, ou simplement des conseils, souvent gratuitement, à ceux dont les droits ont été bafoués.

Alejandra Ancheita

Laureate
Mexico

Alejandra Ancheita, fondatrice et directrice exécutive de l’organisation basée à Mexico ProDESC (le Projet pour les droits économiques, sociaux et culturels), est une avocate et une militante des droits humains mexicaine. Elle est à la tête de la lutte pour les droits des migrant-e-s, des travailleur-euse-s et des communautés indigènes de son pays pour leur permettre d’accroître radicalement leur qualité de vie.

Adilur Rahman Khan

Finalist
Bangladesh

Adilur Rahman Khan est avocat à la Cour suprême du Bangladesh, ancien procureur général adjoint du Bangladesh (octobre 2001-mai 2007) et le co-fondateur et le secrétaire général de l’organisation de défense des droits humains Odhikar.

Cao Shunli

Finalist
China

Cao Shunli était une militante chinoise qui a perdu la vie dans son combat pour une société plus juste. De 2008 jusqu’au jour de sa disparition forcée le 14 septembre 2013, Cao Shunli a défendu avec ferveur les droits à l’accès à l’information, aux libertés d’expression et d’assemblée.

Joint Mobile Group

Laureate
Russia

Le Joint Mobile Group (ci-après JMG) se focalise sur des violations de droits humains (disparitions forcées, torture en détention et exécutions extrajudiciaires) perpétrées en Tchétchénie. En 2009, suite aux meurtres de Natalia Estemirova, Zarema Saydulayeva et Alik Dzhabrailov, qui enquêtaient sur des violations de droits humains en Tchétchénie, il est devenu très dangereux de travailler dans cette région. Les organisations qui y étaient établies ont été forcées de mettre fin à leurs activités. Dans ce contexte, Igor Kalyapin, qui dirige le Comité contre la Torture (CAT), a adopté une nouvelle approche.

Mona Seif

Finalist
Egypt

Mona a grandi dans une famille de défenseurs de droits humains. Son père Ahmed Seif El Islam est un avocat des droits humains respecté qui a passé cinq ans en prison sous le régime de Hosni Mubarak. En 2011, son frère Alaa a comparu devant un tribunal militaire, mais devant son refus de coopérer, son cas a été transféré à une Cour civile. Il a été libéré peu de temps après.

Mario Joseph

Finalist
Haiti

Mario Joseph, qui est reconnu comme étant le plus influent avocat haïtien de droits humains, dirige, depuis 1996, le Bureau des Avocats Internationaux (BAI) situé à Port-au-Prince (Haiti).

Luon Sovath

Laureate
Cambodia

Le Vénérable Luon Sovath, Cambodge. En mars 2009, Luon Sovath un moine bouddhiste de Siem Reap, au Cambodge, a été témoin de l’expulsion forcée de sa famille et d’autres habitants de son village. La pratique des expulsions forcées oblige des familles entières à quitter leur maison souvent sans aucun dédommagement.

Le Centre Bahreïnite pour les Droits de l’Homme (BCHR) est une organisation non-gouvernementale internationalement reconnue pour son travail de documentation des violations des droits humains au Bahreïn.

Nasrin Sotoudeh

Finalist
Iran

Nasrin Sotoudeh, née en 1963, est une avocate iranienne, spécialiste des Droits de l’homme.

Kasha Jacqueline Nabagesera

Laureate
Uganda

Kasha Jacqueline Nabagesera est une femme ougandaise née en 1980, fondatrice et présidente du comité directeur de Freedom and Roam Uganda, une des plus importantes organisations pour la défense des droits de lesbiennes, des gays, des bisexuel(le)s et des transgenres (LGTB) en Ouganda. Depuis toujours, elle se bat pour les droits des communautés en marge de la société.

Muhannad Al-Hassani

Laureate
Syria

La persévérance est probablement l’une des caractéristiques qui reflète le mieux le caractère d’Al-Hassani. Il n’a toujours pas eu l’autorisation des autorités syriennes pour enregistrer officiellement Swasiya (Organisation syrienne pour les droits de l’homme),organisation qu’il a créée en 2004 et qu’il préside. Surveillé en permanence et courant le risque d’être arrêté à tout moment, Al-Hassani a pourtant continué à faire des rapports sur les procédures de la Cour suprême de la sûreté de l’Etat syrienne, source d’informations précieuse pour les Nations Unies et toutes les ONG suivant de près la situation des droits de l’homme en Syrie.

Emadeddine Baghi

Laureate
Iran

Théologien, écrivain et journaliste basé à Téhéran, Emadeddin Baghi est un défenseur des droits de l’homme iranien. Depuis les années 1980, il a oeuvré pour l’amélioration de la situation des droits de l’homme dans son pays par des moyens pacifiques.

Mutabar Tadjibaeva

Laureate
Uzbekistan

Mutabar Tadjibaeva a été arrêtée le 7 octobre 2005 alors qu’elle se rendait à l’aéroport de Tashkent pour prendre un vol pour Dublin où elle devait participer à une conférence internationale pour les défenseurs des droits de l’homme. Elle a été emmenée à la prison de Tashkent puis placée en cellule d’isolement pendant plusieurs mois

Pierre Claver Mbonimpa

Laureate
Burundi

Pierre Claver Mbonimpa est un militant des droits de l’homme burundais reconnu pour avoir défendu les droits des prisonniers et pour son combat contre la torture. En décembre 1994, alors officier de police au Burundi, Mbonimpa a été arrêté et condamné à deux ans d’emprisonnement sur la base de fausses accusations.

Kopalasingham Sritharan

Laureate
Sri Lanka

Défenseur des droits de l’homme tamoul, Kopalasingham Sritharan a cofondé avec Rajan Hoole l’organisation Professeurs universitaires pour les droits de l’homme (UTHR) à l’université de Jaffna en 1988.

Rajan Hoole

Laureate
Sri Lanka

Rajan Hoole est un défenseur des droits de l’homme sri lankais originaire de Jaffna, ville tamoule au nord du Sri Lanka. Co-fondateur des Professeurs d’université pour les droits de l’homme (UTHR), il est reconnu à travers toute la communauté internationale pour avoir documenté en toute objectivité les violations des droits de l’homme au Sri Lanka.

Akbar Ganji

Laureate
Iran

Une année à peine après la publication de son recueil d’articles de journaux intitulé Le donjon des fantômes en 1999, Akbar Ganji, ancien membre du Corps des gardes de la révolution islamique devenu journaliste d’investigation, est devenu l’ennemi public numéro un. Dans cet ouvrage, il accuse des personnalités politiques d’être impliquées dans l’assassinat de nombreux intellectuels, écrivains et dissidents iraniens.

Arnold Tsunga

Laureate
Zimbabwe

Défenseur des droits de l’homme zimbabwéen et avocat décrit comme “audacieux” et “tenace”, Arnold Tsunga est le fondateur et l’ancien directeur de Zimbabwe Lawyers for Human Rights (ZLHR- Avocats du Zimbabwe pour les droits de l’homme). Sous le régime de Mugabe et tout au long des années 2000, Tsunga a été la cible de nombreuses campagnes d’agression pour ses activités de défenseur des droits de l’homme. Il dirige actuellement le Programme régional Afrique au sein de la Commission internationale de juristes (ICJ – International Commission of Jurists).

Aktham Naisse

Laureate
Syria

Militant des droits de l’homme syrien, Akhtam Naisse est l’un des fondateurs du Comité pour la défense des libertés démocratiques et des droits de l’homme en Syrie (CDF), créé en décembre 1989. Pionnier dans la défense des prisonniers politiques en Syrie, le CDF a, dès ses débuts, appelé à l’abrogation de la loi sur l’état d’urgence de 1963 et à des réformes politiques.

Lidia Yusupova

Laureate
Russia

Coordinatrice de Memorial, organisation des droits de l’homme basée à Moscou et ancienne directrice du bureau de Grozny, Lida Yusupova est une militante des droits de l’homme internationalement reconnue pour avoir défendu les victimes des guerres de Tchétchénie et les réfugiés.

Alirio Uribe Muñoz

Laureate
Colombia

Persécuté et harcelé en permanence, Alirio Uribe Muñoz, défenseur des droits de l’homme colombien, vit littéralement dans “l’ombre de la mort”. Aussi, même lorsqu’il donne des conférences il est toujours accompagné par une escorte de gardes de Peace Brigade International (PBI).

Jacqueline Moudeina

Laureate
Chad

Moudeina a été gravement blessée et sauvée de justesse dans un hôpital local. Elle a passé les quinze mois suivants à faire des aller-retour entre le Tchad et la France pour sa rééducation. Fait remarquable, le 11 avril 2002, alors qu’elle était toujours en convalescence, Moudeina a été en mesure de se rendre en personne à Genève pour recevoir le Prix Martin Ennals lors d’une cérémonie organisée dans le cadre du Festival Médias Nord-Sud.

Peace Brigades International (PBI) est une ONG internationale qui œuvre pour la promotion et la protection des droits de l’homme, son principal objectif étant de promouvoir un changement social par la non-violence. PBI s’appuie sur un réseau international de bénévoles qui accompagnent les défenseurs des droits de l’homme dans les zones à risque et leur assure une formation en résolution de conflits.

Immaculée Birhaheka

Laureate
Congo

Co-fondatrice et présidente de l’organisation Promotion et appui aux initiatives féminines (PAIF) créée en 1993, Immaculée Birhaheka est aujourd’hui une militante pour les droits des femmes incontournables en République démocratique du Congo (RDC).

Nataša Kandić

Laureate
Serbia

Son enquête sur le génocide de Srebrenica de juillet 1995 au cours duquel 8 000 hommes et adolescents bosniaques ont été tués par l’armée de la République serbe de Bosnie, saluée par la communauté internationale, est exemplaire de son acharnement à vouloir dévoiler la vérité sur les atrocités commises en période de guerre. En septembre 2005, elle s’est vue décerner le titre de citoyenne d’honneur de la ville de Sarajevo, geste exceptionnel de la part d’une ville bosniaque envers une Serbe.

Eyad al-Sarraj

Laureate
Palestine

Dr Eyad El-Sarraj, psychiatre palestinien et Commissaire général de la Commission indépendante pour les droits des citoyens de Palestine, est décédé le 17 décembre 2013 à Gaza.

Bishop Samuel Ruiz Garcia

Laureate
Mexico

Surnommé “Tatic” (père, en dialecte maya), l’évêque Samuel Ruiz Garcia a consacré sa vie à défendre les droits et les libertés des peuples indigènes du Mexique.

Clement Nwankwo

Laureate
Nigeria

Clément Nwankwo est un des pionniers de la défense des droits de l’homme au Nigeria: il a fondé le Projet pour les droits constitutionnels (Constitutional Rights Project – CRP), la première grande organisation de défense des droits de l’homme de son pays. Pendant plus de vingt ans, il a oeuvré pour la promotion et la protection des droits fondamentaux et de l’état de droit au Nigeria.

Asma Jahangir

Laureate
Pakistan

A l’image de son père, Malik Jilani, ancien fonctionnaire pakistanais devenu opposant politique, Asma Jahangir a consacré sa vie à défendre les droits de l’homme et à faire respecter en particulier ceux des femmes, des enfants et des minorités religieuses. Avocate de profession, elle est aujourd’hui une spécialiste incontournable en matière de droits de l’homme.

Harry Wu

Laureate
China

Harry Wu est un ancien prisonnier politique chinois qui a été interné dix-neuf ans de sa vie au laogai, fameux camp de concentration chinois. Citoyen américain depuis 1995, après son internement dans le camp il a consacré sa vie à défendre les droits de l’homme et à dévoiler la vérité sur les atrocités commises derrière “le rideau de bambou”.