Marino Cordoba Berrio

2019 Finalist

marino Marino Cordoba Berrio 2019 Finalist

Personal Details

  • NationalitéColombia
  • ProfessionLeader de la communauté afro-colombienne
  • Current statusActive
  • Domaine d'activitéDéfense des droits territoriaux

Biographie

Marino Cordoba Berrio est un leader communautaire qui lutte pour les droits des Afro-Colombiens, ainsi que pour ceux d’autres groupes marginalisés. Il est originaire de Riosucio, une région située au nord-ouest de la Colombie qui abrite une jungle caractérisée par une riche biodiversité. Dans cette région, le pouvoir a longtemps été entre les mains de groupes paramilitaires, soutenus par de puissants acteurs économiques. C’est dans ce contexte que les droits fonciers des communautés locales ont souvent été bafoués, au profit notamment de l’exploitation forestière et minière.

Marino Cordoba Berrio a, dès le début des années 90, œuvré à faire reconnaître le droit ancestral à la terre de ces communautés. Il a également travaillé avec le syndicat des travailleurs des plantations de bananes pour obtenir de meilleurs salaires, de meilleurs services de santé et le respect du travail syndical.

Il est un des principaux leaders communautaires à l’origine des changements constitutionnels de 1991, qui ont mené à la reconnaissance des Afro-Colombiens. Ces changements ont permis l’adoption de la loi 70, en 1993, qui leur donne des droits sur leurs terres, leurs ressources naturelles et leur environnement. Cette loi consacre aussi leur participation à la vie politique du pays, en leur ouvrant les portes du Congrès colombien.

Le 20 décembre 1996, sept jours après que le gouvernement ait reconnu les droits territoriaux de la communauté à laquelle appartient Marino Cordoba Berrio, ce dernier et des milliers d’Afro-Colombiens sont expulsés de leurs terres lors de l’« Opération Genesis », menée conjointement par l’armée et des groupes paramilitaires.

Après s’être caché pendant des semaines dans la jungle, Marino Cordoba Berrio trouve refuge à Bogota. En 1999, il fonde l’AFRODES (Association nationale des Afro-Colombiens déplacés) afin d’aider les personnes déplacées, porter plainte au nom des victimes et leur permettre de rentrer chez eux. La visibilité donnée aux revendications des Afro-Colombiens finiront par avoir raison de sa sécurité : en 2002, il est blessé par balle à la jambe au cours d’une agression.

D’autres suivront et avec l’aide de membres du Congrès américain, il obtient l’asile aux Etats-Unis. Il y poursuit son travail, en créant notamment un réseau de soutien qui compte des politiciens, des universitaires, des organisations de défense des droits humains et d’autres acteurs de la société civile. Son objectif reste le même : promouvoir la justice pour les Afro-Colombiens et obtenir que leurs terres leur soient rendues. Il se mobilise également pour bloquer le financement de projets d’huile de palme liés aux paramilitaires et obtenir du Congrès de lier assistance militaire à la Colombie et respect des droits humains.

En 2012, malgré les risques pour sa sécurité, Marino Cordoba Berrio décide de retourner vivre en Colombie, laissant sa famille aux États-Unis. En tant que président de l’AFRODES, il continue à défendre les intérêts des Afro-Colombiens. Sa détermination et ses efforts conduisent à l’inclusion d’un chapitre « ethnique » dans l’accord de paix signé entre le gouvernement colombien et les FARC-EP, en novembre 2016.

Il y est explicitement reconnu que les groupes ethniques ont contribué à l’édification d’une paix, d’un progrès et d’un développement économique et social viables et durables dans le pays. Sont également reconnues les souffrances et les injustices dont ils ont été victimes non seulement en raison du conflit armé, mais également du colonialisme, de l’esclavage, de leur marginalisation et de la dépossession de leurs terres et ressources. L’accord acte la prise en compte de leurs spécificités ethniques, culturelles et sociales, ainsi que de leurs besoins, aspirations, intérêts et visions du monde.

Les succès obtenus par Marino Cordoba Berrio sont synonymes de danger accru pour lui, sa famille, ses collègues et sa communauté. En 2017, son fils Wilmar est assassiné, tout comme le leader communautaire Bernardo Cuero Bravo et son fils. Au total, plus de 400 leaders sociaux, défenseurs des droits humains et membres d’organisations communautaires ont été tués, depuis la signature de l’accord de paix en Colombie. Marino Cordoba Berrio, lui, ne ne se déplace qu’accompagné de gardes du corps.

Photos