Bahrain Center for Human Rights

2012 Finalist

Nabeel Rajab Bahrain Center for Human Rights 2012 Finalist

Personal Details

  • NationalitéBahrain, Bahrain
  • ProfessionEnquêteurs sur les violations des droits humains
  • Current statusActive
  • Domaine d'activitéEnquêtes sur les violations des droits humains

Biographie

[texte tiré de http://bahrainrights.org/fr/%C3%A0-propos-de-nous]

Le Centre Bahreïnite pour les Droits de l’Homme (BCHR) est une organisation non-gouvernementale à but non lucratif enregistrée auprès du Ministère Bahreïnien du Travail et des Services Sociaux depuis 2002. Malgré l’ordre de fermeture décidé par les autorités en novembre 2004, le BCHR fonctionne toujours après avoir obtenu un vaste soutien local et international pour sa lutte pour la promotion des droits de l’homme à Bahreïn.

Notre vision pour l’avenir est un pays démocratique et prospère, libéré des discriminations et des autres violations des droits de l’homme.

Abdulhadi Al-Khawaja (à gauche) et Nabeel Rajab (droite), anciens directeurs du BCHR lors d’une manifestation à Manama, Bahreïn.

Abdul Hadi Al-Khawaja and Nabeel Rajab

Abdulhadi Al-Khawaja (à gauche) et Nabeel Rajab (droite), anciens directeurs du BCHR lors d’une manifestation à Manama, Bahreïn.

Nos valeurs

Le Centre Bahreïnite pour les Droits de l’Homme (BCHR) a la responsabilité et l’engagement de défendre ceux dont les droits ont été bafoués. Nous voulons susciter l’espoir et motiver les personnes à s’impliquer dans la création de documents et de rapports sur les violations des droits de l’homme et à se battre pour ces droits. Nous estimons que tous les hommes sont égaux et que tous méritent notre attention, quel que soit son genre, sa religion, son affiliation, son identité et ses origines. Il est important pour le BCHR de maintenir la confiance et la crédibilité de tous les individus  concernés. Nous encourageons l’exercice pacifique des droits de l’homme et la contestation non-violente.

Structure et financement

Parmi les 26 membres fondateurs se trouve d’éminents médecins, avocats, journalistes, et dirigeants d’ONG, hommes et femmes. La plus grande majorité de nos activités se font en dehors de Bahreïn, tandis qu’un « bureau en exil », fondé en 2011, est établi à Copenhague, au Danemark, pour coordonner notre programme de défense des droits au niveau international. Le BCHR reçoit actuellement un support financier modeste de la part du Sigrid Rausing Trust – une organisation caritative à but non lucratif basée à Londres, dédiée à la défense et à la promotion des droits de l’homme – et de la Bertha Foundation. Notre personnel travaille presque tous sur base de volontariat. Le président actuel est Nabeel Rajab qui a purgé une peine de deux ans de prison en rapport avec des accusations relatifs à la liberté d’expression ; il a été libéré le 24 mai 2014. Rajab fut condamné à six mois de prison pour avoir tweeter, décision confirmée en en appel en 2015, et libéré par la suite en juillet 2015. Le vice-président S. Yousif Al-Muhafdah est actuellement exilé en Allemagne. La plupart du personnel à l’intérieur de Bahreïn demeure anonyme dont un second vice-président et une équipe de documentation. Une grand part du travail du BCHR se fait bénévolement. Pour en savoir plus sur l’enregistrement du BCHR et sur le comité de direction cliquez ici.

Le BCHR reçoit des financements en petite quantité venant de la Sigrid Rausing Trust, Bertha Foundation, Norwegian Human Rights Fund, Hivos, Action Aid, Rafto Foundation for Human Rights et du National Endowment for Democracy, ainsi que de faibles subventions venant de partenaires pour les activités de sensibilisation.

Zainab Al-Khawaja (left) and Nabeel Rajab (right), both active members of the BCHR marching during protests in Bahrain. Both have been in and out of prison on charges varying from "showing contempt for the regime" and "participation in illegal assembly".

Zainab Al-Khawaja (à gauche) et Nabeel Rajab (à droite), tous deux membres actifs du BCHR lors d’une manifestation à Bahreïn. Tous deux ont été emprisonnés sur des accusations allant de “faire preuve de mépris à l’égard du régime” à “participer à un rassemblement illégal” 

Activités

Depuis plus de onze ans, le BCHR a réalisé plusieurs projets comprenant formation aux activités de sensibilisation, ateliers, séminaires, campagnes médiatiques et rapports aux instances de l’ONU et aux ONG internationales. Le BCHR a aussi participé à de nombreuses conférences régionales et internationales et à des ateliers en plus d’avoir témoigné au sein des parlements nationaux d’Europe, du Parlement européen et du Congrès des États-Unis.

Prix reçus au fil des années

Le Prix Rafto, 2013

Remis au BCHR en raison de son « long et courageux combat pour les droits de l’homme fondamentaux tels la liberté d’expression et la liberté d’association à Bahreïn ». Le prix fut aussi donné dans le but d’alerter l’opinion sur l’augmentation des violations à l’encontre des droits de l’homme survenant dans la région du Golfe dont nombre de gouvernements occidentaux ignore.

Pour plus d’informations : www.rafto.no

Le Prix Stieg Larsson, 2012

Décerné à la présidente par intérim du Centre Bahreïnite pour les Droits de l’Homme, Maryam Al-Khawaja, pour sa « lutte courageuse pour défendre la démocratie et les droits de l’homme. Avec le web et les réseaux sociaux comme outils et un militantisme tenace et le monde libre comme méthodes, Maryam Al-Khawaja a mis en lumière les injustices et les inégalités de son pays d’origine, à Bahreïn ».

Pour plus d’informations : www.stieglarssonfoundation.se/the-annual-stieg-larsson-prize

Maryam Al-Khawaja est actuellement la directrice du BCHR.  Son père, Abdulhadi Al-Khawaja, est actuellement en prison après avoir été accusé d'”organiser et de gérer une organisation terroriste”.

Maryam Al-Khawaja

Maryam Al-Khawaja est actuellement la directrice du BCHR. Son père Abdulhadi Al-Khawaja est actuellement en prison après avoir été accusé d’ “organiser et de gérer un organisation terroriste”

Baldwin Medal of Liberty, 2012

La présidente et directrice générale de Human Rights First, Elisa Massimino, a récompensé le BCHR avec la prestigieuse Baldwin Medal of Liberty en déclarant « qu’il y a tellement de défenseurs des droits de l’homme qui font un travail exceptionnel dans de nombreuses régions du monde, mais je suis ravie que cette Baldwin Medal of Liberty soit remise au Centre Bahreïnite pour les Droits de l’Homme qui poursuit son travail de promotion des droits de l’homme malgré le menace constante qui pèse sur la sécurité de ses membres ». La Baldwin Medal of Liberty est un prix fondé en 1989, elle entend récompenser les défenseurs des droits de l’homme internationaux.

Pour plus d’informations : www.humanrightsfirst.org/2012/04/26/human-rights-first-awards-prestigious-medal-of-liberty-to-bahrain-center-for-human-rights/

Le Prix Martin Ennals, candidat final, 2012

Le Centre Bahreïnite pour les Droits de l’Homme a été récompensé par un prix venant de la Fondation Martin Ennals après avoir été nommé comme « candidat final » pour ses travaux de compte rendu sur les violations des droits de l’homme à Bahreïn. La Fondation Martin Ennals a déclaré que « malgré le harcèlement de la part du gouvernement qui menace de poursuites judiciaires les membres du Centre s’ils poursuivent leurs activités, le BCHR fournit des informations aux ONG internationales et à la communauté diplomatique sur le Bahreïn et promeut à l’échelle locale et internationale les demandes de changement démocratique dans ce royaume du Golfe ». Cette décision a été prise par le jury du Prix Martin Ennals qui comprend les organisations suivantes : Amnesty International, Human Rights Watch, Human Rights First, la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme, l’Organisation mondiale contre la torture, Frontline, la Commission internationale de juristes, German Diakonie, International Service for Human Rights et HURIDOCS.

Pour plus d’informations :

http://www.martinennalsaward.org/index.php?option=com_content&view=article&id=183&Itemid=153&lang=en

Advocacy Award, 2012

Le Prix de l’organisation Index on Censorship (parrainé par Bindmans) a été décerné au BCHR dans le but de reconnaître les militants et les activistes qui ont œuvré en faveur du changement.

Pour plus d’informations : www.bahrainrights.org/en/node/5132

Le Prix Silbury, 2011

L’association caritative britannique, le Silbury Fund, a attribué à M. Nabeel Rajab, président du BCHR, le prix Silbury en 2011. Cette décision a été prise afin de promouvoir le travail de Rajab dans le domaine des droits de l’homme.

Pour plus d’informations :

bahrainrights.hopto.org/BCHR/wp-content/uploads/2011/09/scan0001.pdf

Le Prix Ion Ratiu Democracy, 2011

Le président du Centre Bahreïnite pour les Droits de l’Homme, Nabeel Rajab, a reçu en 2011 le prix Ion Ratiu Democracy par le Woodrow Wilson International Center for Scholars basé à Washington. La directrice, présidente et responsable des opérations Jane Harman a déclaré que « dans une année aussi tumultueuse, les efforts de Nabeel Rajab pour faire avancer pacifiquement l’accès aux libertés démocratiques pour les Bahreïniens, même dans un contexte de risque personnel important, est exemplaire. Il représente un choix exceptionnel pour recevoir le Prix Ion Ratiu et je lui offre mes félicitations les plus sincères ».

Pour plus d’informations : https://www.wilsoncenter.org/article/bahraini-human-rights-activist-nabeel-rajab-to-receive-2011-ion-ratiu-democracy-award

http://www.bahrainrights.org/en/node/4436

Photos